Créer et établir des standards pour les docufictions ?

C’est en tout cas l’opinion de Tom Roston, journaliste indépendant, rédacteur du blog Doc Soup, qui établit la définition du genre sur son article Establishing the hybrid documentary canon. Préférant le terme de documentaire hybride à celui de docufiction, il le définit comme un mélange des cinémas factuels et fictionnels qui apporte pour lui une alternative à la tendance cinéma vérité des documentaires traditionnels. Il revient également sur l’article de Luke Moody, pour qui définit le docufiction comme "une apparition des formes qui se fait par couche, offrant un point de vue déconstruit qui permet de suggérer de multiples vérités." Ces différentes tentatives de définition s’inscrivent dans une difficulté générale à définir exactement le documentaire comme l’exprimait Godard "Qu’est ce que le documentaire, qu’est ce que la fiction? Je sais bien, mais ce n’est pas si simple!", ou comme le suggère l’article Le Documentaire, une fiction (pas) comme les autres.

Pour plus de concret voici, The act of killing, sorti en juillet 2013 en France, dans lequel le réalisateur Joshua Oppenheimer réalise une fiction des massacres perpétrés en Indonésie avec les réels participants de ces événements.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s