Un documentaire pour réinterroger l’écriture de l’histoire

Howard zinn

Les versions que l’on donne de l’histoire sont souvent celle des puissants, de ceux qui dominent notre société. La parti pris d’Howard Zinn a été de renverser cette schématique de pensée pour analyser les mêmes faits historiques selon une dynamique différente au travers de son expérience. Pourquoi les Etats-Unis sont ils entrés dans la première guerre mondiale? Une question d’idéologie, de stratégie économique? Les réponses sont multiples. Ce que propose le documentaire Howard Zinn, une histoire populaire américaine, sorti le 29 avril dernier, est une réflexion autour du fameux livre Une histoire populaire américaine d’Howard Zinn qui a véritablement révolutionné l’histoire et son enseignement aux USA mais pas seulement.

Cette histoire qui est racontée est celle de la classe ouvrière, de la lutte des classes étouffée par le capitalisme et ses guerres. Une histoire outre atlantique qui n’est pas sans écho en Europe et qui est même intrinsèquement liée. Ce documentaire revient au travers d’images d’archives et interviews sur un mouvement surplombé par l’économie, sur la mort d’un système alternatif solidaire. Mais il n’est que le premier volet d’une trilogie annoncée…

L’histoire populaire est celle de nos quartiers et heureusement que des ciné-débats sont là pour le rappeler…Au détour des faubourgs ouvriers St Pierre et d’Ouche à Dijon au XIXème siècle.

 

Publicités

Les vikings du British Museum en salle

Les vikings

Cette semaine en salle on retrouve un documentaire issu de l’exposition sensation du British Museum : Les vikings : vie et légende. John Roney nous embarque dans sa visite à la découverte du monde des vikings. Au travers des pièces présentées c’est une culture qui transparait, des rites et légendes qui se dessinent. Comment ce peuple a t’il pu semer la terreur en Europe et étendre son territoire aussi rapidement ? Quelle est la nature même de cette société ? A la lumière des dernières trouvailles des chercheurs reposons notre regard sur ce peuple légendaire.

Surplus : la consommation par la terreur

Surplus-la-consommation-par-la-terreur

Le documentaire qui a particulièrement attiré mon attention cette semaine est Surplus : la consommation par la terreur. Plus qu’un simple film, cet essai réalisé autour de l’écrivain anarcho-primitiviste John Zerzan par Eric Gandini expose les dérives de notre société consumériste tout comme les dangers qu’elle représente. Construit selon la logique d’un spot publicitaire, le film présente une juxtaposition de séquences vidéos, photos et texte qui s’enchainent de manière répétitive, hachées, etc. Le rythme soutenu décidé par l’auteur trouve écho dans la réalité dénoncée : l’immédiateté, la course insensée au profit. Derrière les propos malhabiles des responsables industriels et politiques, derrière la coercition médiatique et publicitaire Eric Gandininous montre que la consommation actuelle est juste synonyme de la surexploitation des ressources et de l’inégalité de répartition des richesses.

Focus sur la place Maïdan

Documentaire Maidan

Parmi les sorties de cette semaine, le documentaire Maïdan a retenu mon attention. Maïdan c’est le nom de cette place Tahrir ukrainienne qui se situe au centre de Kiev. Dès le mois de novembre dernier, c’est sur cette place qu’ont commencé les mouvements de protestation qui ont agités le pays entier. Le réalisateur Sergueï Loznitsa était là et il a filmé ces manifestants d’horizons et de confessions diverses qui se sont dressés contre le régime d’Ianoukovitch et l’ont forcé à la démission en mars. Un documentaire qui vient à point nommé alors que la situation ukrainienne est loin d’être résolue.

Un projet digne des pharaons : la Sagrada Familia

Gaudi, le mystère de la Sagrada familia

Cette semaine le documentaire Gaudi, le mystère de la Sagrada Familia nous fait remonter le temps pour parcourir les trépidantes phases de construction d’un édifice aussi improbable que magnifique. Tout commence en 1882, quand le projet de construction d’une église dédiée à la Sainte Famille est confié à Gaudi. Un projet auquel cet architecte de génie dédie sa vie. Alors que la construction continue encore aujourd’hui le réalisateur Stephan Haupt, nous fait découvrir les mystères de cet édifice et de son histoire.

 

 

Entre passé et présent, l’Espagne et son histoire

Ne pas s'avouer vaincu

Dans les salles cette semaine, le documentaire historique Ne pas s’avouer vaincu nous ramène au fascisme et à l’époque de la guerre civile en Espagne. Une réalité historique traitée sous l’angle de la mémoire et du silence imposé par la péninsule ibérique. Daniel Serrano, comme beaucoup d’exilés espagnols, n’a pas oublié. Âgé de 91 ans, il se bat toujours pour réhabiliter la mémoire de son frère Eudaldo, fusillé en 1941 à l’issue de la guerre civile espagnole.

 

 

 

Le Sahara occidental au coeur du documentaire Enfants des nuages, la dernière colonie

Enfants des nuages, la dernière colonie Ce mercredi dernier sortait en salle Enfants des nuages, la dernière colonie, un documentaire réalisé par Alvario Longoria. Ce film explore la situation au Sahara occidental considéré par l’ONU comme la dernière colonie africaine. Il examine le rôle joué par les puissances mondiales telles que la France et les Etats-Unis dans la gestion de la situation. Conduit par le célèbre acteur Javier Bardem, le film se transforme en périple au travers de la diplomatie internationale et expose la réalité de la crise sociale et politique. Un timing parfait entoure la sortie de ce documentaire puisque le conseil de sécurité devait décider mardi dernier du prolongement ou non de la Minurso (Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental). Pour expliquer un peu la situation : tout commence en 1975 lorsque les colons espagnols se retirent du Sahara.  Le Maroc conquiert alors la majeure partie du territoire précédemment occupé et le Front Polisario, créé initialement pour lutter contre l’occupation espagnole, s’oppose au Maroc par rapport au contrôle du Sahara occidental et réclame l’indépendance. Dans ce cadre, le rôle de la Minurso, créée en 1991 à la suite d’un accord entre le gouvernement Marocain et le Front Polisario est de surveiller le cessez-le-feu et d’organiser un référendum qui permettrait aux habitants du Sahara occidental, habilités à voter, de décider du statut futur de ce territoire. La mission assure donc cette période de transition à la fin de laquelle les sahraouis pourront choisir entre leur indépendance et leur rattachement au Maroc. Bien que les sahraouis aient demandé d’élargir le mandat de la Minurso à la surveillance de la situation des droits de l’Homme, le conseil de sécurité de l’ONU a décidé mardi de prolonger le mandat de la Minurso pour une année supplémentaire, sans modification de la nature de ses prérogatives. Une situation enlisée que dénonce donc ce film.